8 mois au Civam pour Étienne

Le service civique est un dispositif mis en œuvre en mars 2010 pour les jeunes ayant entre 16 et 25 ans. Ils sont de plus en plus a profiter de cette opportunité qui leur est proposé. C’est le cas d’Étienne, qui du haut de ses 22 ans s’est lancé dans l’aventure avec l’association Civam de Valençay et du Pays de Bazelle.

Arrivé au mois d’aout, le jeune homme trouve cette expérience « intéressant d’un point de vue professionnel quand on veut se faire un peu d’expérience dans le domaine de l’environnement ». Le service civique est un bon moyen pour lui de pouvoir découvrir le monde du travail et c’est aussi une bonne opportunité.

Étienne a choisi de réaliser dans un Civam, une association qui « est vraiment acteur sur le terrain, a-t-il remarqué. J’ai déjà fais des stages dans les syndicats. Aujourd’hui, cela me permet de mettre le pied dans la vie d’une association dans le domaine environnemental ». C’est l’occasion pour lui de voir comment fonctionne une association.


Etienne, 22 ans, s'est lancé dans une expérience où il en sort grandit

Un plus dans l’expérience professionnelle

Le service civique est un plus sur un CV. Étienne l’a bien compris mais il a aussi perçu le fait que « cela permet d’avoir une première expérience ». C’est aussi un plus pour la suite quand on veut postuler à un poste « ou même pour une licence professionnelle, précise le jeune homme. L’intérêt, c’est l’expérience professionnelle, du travail concret, du terrain ».

Le jeune homme a pu découvrir au cours de sa mission au sein du Civam la création de réseau et comprendre comment les acteurs réagissent entre eux. « Ceci ne fait pas partie des choses les plus faciles à appréhender, explique Étienne, mais qui peuvent être vraiment valorisé dans un CV ». Cette expérience est aussi humaine.

Dans son service civique, le jeune homme est là pour être un point d’appui sur toutes les actions qui étaient engendrées par l’association. Il a notamment pris contact avec les producteurs du secteur géographique du Nord de l’Indre. « C’est une enquête qui demandait énormément de temps, précise-t-il. Il y avait besoin pour les appels ».


Étienne se lance dans un nouveau projet

Dés maintenant, jusqu’à la fin de son service civique qui se termine en avril, le jeune homme travaille « sur un projet pour valoriser du patrimoine culturel que ce soit du bâtiment ou des traditions berrichonnes ». Un projet qui mérite du temps et qu’Étienne n’aura peut-être pas fini mais qui ouvre sur un nouveau projet pour le Civam.

Au cours de ses quelques mois le jeune homme a pu dépasser son appréhension de téléphoner à de nombreuses personnes. « C’était quelque chose, avoue-t-il, que j’appréhendais un peu ». Mais aujourd’hui, il s’aperçoit que cette activité l’a beaucoup aidé. De même que le projet actuel qui « en terme d’autonomie, je pense que c’est assez intéressant ».

Étienne est content de cette expérience qui va bientôt se terminer pour lui. Il estime que le service civique « peut permettre de découvrir le monde professionnel et surtout cela nous oblige à sortir de notre cocon, d’avoir un peu plus de responsabilité ». Le jeune homme conseille cette expérience à tous ceux qui hésitent car c’est aussi l’occasion de mûrir.

© 2018 par Boischaud-Nord mag. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now