Fusillé dans le dos, le collège St-Joseph ferme

Une institution de plus de 100 ans disparait. Le collège catholique Saint-Joseph, rapatrié au cours de l’année scolaire 2018-2019 au lycée de Saint-Cyran-du-Jambot, ferme ses portes. Cependant, l’école primaire toujours basée à Châtillon-sur-Indre reste ouverte et accueillera les nouveaux inscrits en septembre 2019.

Christophe de Fautereau qui est appartient à Organisme de gestion de l’enseignement catholique (Ogec) depuis 2011 rappelle que « c’est à la suite d’une longue dégringolade » que le collège se trouve dans la situation actuelle. L’établissement est passé d’une centaine à une vingtaine d’élèves en peu de temps.


La dégringolade de l’établissement

Nombre d’entre-eux appartenaient à l’organisme les Apprentis d’Auteuil installé à Verneuil-sur-Indre. Ceux-ci ont quitté leur emplacement pour se rapprocher de Loches. Cet évènement occasionne une perte de personnes mais aussi une perte de budget pour pérenniser l’établissement.

L’équipe du collège a décidé avec l’Intercodec de rejoindre le LEAP de Saint-Cyran du Jambot. Pour eux le seul moyen était de « se rapprocher d’un établissement plus grand qui offre plus de choses, explique Christophe de Fautereau. La filière cheval est quelque chose qui assez demandée en ce moment ».


Des collégiens du collège St-Joseph lors d'un cross inter-collèges (DR)

Une décision de délocalisation

Cette année scolaire 2018-2019, le collège Saint-Joseph s’est basé à Saint-Cyran du Jambot suite à la décision prise par l’Intercodec en juillet 2017. L’établissement a été mis en difficulté avec les transports qui n’ont pas permit une liaison entre Châtillon-sur-Indre et le nouvel emplacement.

Le Comité interdiocésain de l’enseignement catholique a pris cette décision et « pour nous, les personnes de Châtillon, explique Christophe de Fautereau, l’Intercodec avait donné un essai de 3 ans ». Ils se sont donc dit qu’ils avaient le temps de faire leurs preuves et doubler l’effectif.


St-Joseph sacrifié par les grands

Le collège est aussi victime de la diminution d’élèves aussi bien dans le privé que le public dans l’ensemble de l’Indre. En janvier 2019, l’éducation nationale a diminué ses allocations d’heures pour le département. Ce sont donc les plus gros collèges qui sont valorisés. Celui de Saint-Joseph a été sacrifié.

En février, un second Intercodec s’est réuni avec même pas la moitié du comité. « Sur 44 personnes, il y en a 19 qui ont voté, développe le membre de l’Ogec. Il y a eu 2 abstentions, 8 pour 9 contre. Cela veut dire que 9 chefs d’établissements à eux seuls avaient droit de vie ou de mort sur le collège ».


Combattre pour le futur

Le collège Saint-Joseph va donc fermer mais l’école primaire reste ouverte avec ses 80 élèves et le soutien des parents à la directrice Évelyne le Pape. Monseigneur Jérôme Beau, évêque du diocèse de Bourges, espère pouvoir ouvrir ultérieurement une classe de 6ème rattaché à l’école primaire.

« Nous allons essayer de nous battre pour la réouverture d’une classe de 6ème ». Cette fermeture peut avoir une conséquence sur la population de Châtillon-sur-Indre qui a déjà perdu 500 habitants en 5 années. La commune était là pour aider financièrement les élèves du collège ainsi que des communes avoisinantes. L’avenir pourra dire si le combat aboutira à une réponse positive.


Josiane AUGIS

© 2018 par Boischaud-Nord mag. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now