Implantation des Ambulances Pottier à Châtillon

Les Ambulances Pottier, une entreprise familiale qui se développe et s'implante dans le département de l'Indre. Depuis une semaine et demi, les ambulanciers de l'entreprise Ambulances Dubreuil de Châtillon-sur-Indre ont changé de responsables. Un rachat stratégie pour les Ambulances Pottier. L'aventure a commencé en 1978 avec le grand-père de Vivien, Blandine et Cathy Pottier qui sont actuellement détenteurs de l'entreprise avec leurs parents. André Pottier a créé son entreprise de transport sanitaire Ambulances des Sentiers à Nouans-les-Fontaines. Il possède 2 ambulances et 4 VSL pour 4 personnes.

De père en fils Son fils, André Pottier, investie en 1988 dans une seconde entreprise sur le secteur de Loches. Celui-ci associe son épouse ainsi que ses 4 frères et sœurs. Il calque Loches Ambulances sur le modèle de celle de son père avant de pouvoir la développer grâce à une clientèle fidèle. Deux ans après, il ajoute au sein des deux entreprises une branche funéraire. L'année qu'il suit, en 1991, il devient le responsable des entreprises Pottier. Il décide de développer son activité avec les transports scolaires et les trajets en taxi. En 2003, quand Vivien Pottier intègre l'entreprise, 15 salariés sont en activité.

Les Ambulances Pottier se développent peu à peu sous forme de tâche d'huile sur le territoire de la Touraine

Place à la deuxième génération Le jeune homme prend exemple sur son grand-père et son père, il créé l'entreprise Taxi Pottier en 2009 en rachetant les licences de 2 entreprises de taxis préexistantes. L'année suivante l'activité des pompes funèbres est séparée de celle des transports sanitaires. En 2013, André Pottier fils prend sa retraite. Ses trois enfants et ses enfants prennent la tête et décident de séparé juridiquement les différentes activités dans l'objectif d'optimiser la gestion quotidienne. Et 2014 est le début du développement des Ambulances Pottier.

Un développement fulgurant Le quatuor de tête choisi de s'agrandir en rachetant Didier Ambulances à Joué-les-Tours avec ses 6 employés qui était en difficultés financières. Le site contient maintenant 25 salariés. 2017, c'est au tour de la société ATM Ambulances ainsi que les ambulances de Ballan-Luynes. En 2018, l'entreprise installe l'activité de marbrerie. En décembre 2018, l'équipe Pottier rachète l'entreprise Bléré Ambulances. Aujourd'hui c'est le tour de la société de Châtillon-sur-Indre d'être racheté. Le propriétaire partant à la retraite, les Ambulances Pottier ont sauté sur l'occasion pour se développer sur le territoire limitrophe de l'Indre.


Un rachat stratégique Vivien Pottier explique « qu'un tiers des résidents de l'hôpital de Châtillon sont des anciens clients du 37 ». Il a aussi remarqué que les transports sanitaires en partance de cette commune se dirigent vers Loches ou Tours. Il faut aussi rappeler qu'historiquement, Châtillon-sur-Indre appartenait à la Touraine. Le clan Pottier a aussi réfléchi à l'optimisation des transports grâce aux nouveaux véhicules acquis de la société châtillonnaise. Pour se développer Vivien « essaye de se tenir informer sur toutes les entreprises, de leur succession, de savoir si elles veulent continuer ».

Vivien Pottier se tourne vers l'avenir pour que son entreprise tienne le cap.

Et le futur ? Vivien Pottier n'hésite pas à réaliser « des interactions en oubliant la frontière 36 - 37 ». Les Ambulances Pottier dénombre à ce jour 100 employés confondues entre les ambulanciers, les taxis et ceux qui travaillent dans les parties funéraire et marbrerie. Le jeune homme explique si une opportunité intéressante territorialement se présente à la société, il n'est pas exclu de s'agrandir encore. Bien au contraire. « L'idée est de se développer toujours en ayant une continuité de secteurs. L'idée ce n'est pas de s'implanter n'importe où ». Ou éventuellement racheter des agréments.

Une problématique soulevée

Comme dans de nombreuses sociétés d'ambulances, les Ambulances Pottier « au quotidien sont embêtées parce que nous avons pas assez de véhicules par rapport aux nombres de transports que nous avons à réaliser ». C'est un problème majeure au quotidien. Pour le mot de la fin, Vivien Pottier exprime une réalité qui touche le milieu du transport sanitaire. « La plupart des entreprises qui ont été racheté ses dernières années étaient soit en limite de dépôt de bilan, soit en redressement judiciaire parce que nos tarifs n'ont pas augmentés depuis 2005. Malheureusement, il n'y a que les entreprises organisées, structurées et avec un grand nombre de véhicules et de salariés qui peuvent faire fassent aux contraintes budgétaires imposées ».

Josiane AUGIS



© 2018 par Boischaud-Nord mag. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now