La pierre à fusil saute en éclat

Mis à jour : 15 sept. 2018

Jean Émy a permis de développer un point touristique dans la commune de Luçay-le-Mâle. Arrivant de Meusnes dans le Loir-et-Cher, le collectionneur transfert son musée au village retraite en 1962 où il s’installe. Dés lors, ce petit musée devient un lieu important pour la commune. Bien que petit par sa taille il reste unique en son genre et traite d’un sujet peu connu : la pierre à fusil. Jean Émy a apporté toute sa collection et ses documents comportant des pierres brutes et taillées, des armes anciennes, de la documentation sur l’extraction qui a permit à la commune de réaliser une maquette grandeur nature de cette extraction. Ce musée c’est l’histoire du petit éclat de silex qui, du XVIème jusqu’au XXème siècle, permettait de produire l’étincelle qui provoquait la propulsion du projectile avant que ne soit inventé le chien.

Maquette grandeur nature d’une extraction de silex

Le reflet du passé

Le musée « montre un caractère économique et social de l’époque », affirme Mireille Chalopin, première adjointe de la commune. « La région est riche en silex, rajoute Bruno Tallandier, maire de Luçay-le-Mâle. Dés que l’homme a inventé les armes à feu qui marchait avec le déclenchement de la pierre à fusil il y a eu un développement artisanal local ». Ce musée est donc important pour la commune car c’est le reflet d’une économie passée. Le musée « est très intéressant localement, exprime le maire. Tous les passionnés de l’empire sont intéressés par ce musée ». Il est possible de le visiter tout au long de l’année en téléphonant à la mairie de Luçay-le-Mâle notamment pour les visites de groupes.

© 2018 par Boischaud-Nord mag. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now