Laure Petit, une future cantatrice

Laure Petit qui a grandi à Pellevoisin vit actuellement à Paris où elle perfectionne sa voix et devient peu à peu une chanteuse lyrique professionnelle. La jeune fille de 21 ans revient deux fois dans l’année chanter sur les terres de son enfance. « C’est toujours un plaisir après de nombreuses années », exprime-t-elle. Cela fait 8 ans que Marie-Claire et André Moreau l’invite à l’église d’Argy pour qu’elle chante.

La jeune femme est contente de venir donner des concerts réguliers dans la région et surtout de voir que le public évolue. Il y a des personnes qui l’a suivent depuis ses débuts, d’autres qui la redécouvrent ou la découvrent, tout simplement. Pour ce qui est de son répertoire, « je retravaille des pièces, cela m’aide à voir ma progression et à faire mieux ». Ce travail va lui permettre de se présenter à un concours important pour qu’elle puisse avancer.


Jean-Philippe Fonsalas accompagne Laure Petit au piano lors du concert du 16 décembre à Argy

Un concours pour février

« Je vais tenter le CNSM, le Conservatoire National Supérieur Musique de Paris », confie Laure Petit. Actuellement, elle est dans une dynamique positive et remplie d’énergie lui permettant de fournir un travail qualitatif sur des pièces qu’elle a déjà chanté. Son objectif étant de s’améliorer sur chacun d’eux et les présenter au concours. Certains chants ne sont pas simples à cause de la langue.

Pour travailler des textes en langues étrangères, Laure Petit utilise la phonétique. « C’est vrai que ce n’est pas évident mais cela fait partie de la panoplie du chanteur ». Malgré cette difficulté qu’elle surmonte en se mettant à l’apprentissage des langues, elle a une expérience avec le rôle du Suzanne dans les Noces de Figaro. « L’idéal ce serait que je sache parler beaucoup de langues. Il faut être polyglotte pour être chanteur ».



0 vue

© 2018 par Boischaud-Nord mag. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now