Le grand débat national au cœur de la ruralité

Mis à jour : 12 mars 2019

Jean-Claude Détrès, écueillois depuis 2011, intéressé par le mouvement social actuel a mis en place une soirée grand débat sur les thèmes proposés par le gouvernement. « Je me suis dis que le grand débat, que nous y croyons ou non, peu importe, il fallait le faire, déclare-t-il. Les personnes qui ont bien voulu y participer ont fait le travail de citoyen ».

Afin de sensibiliser la population, Jean-Claude Détrès n’a pas hésité à mettre en place une communication et surtout de déposer un flyer dans chaque boite aux lettres de la commune et des alentours. Une quarantaine de personnes ont répondu à l’appel pour débattre des questions soulevées depuis le 17 novembre, le premier mouvement des gilets jaunes.

Au cours de cette discussion, les thèmes ont été la transition écologique, la démocratie citoyenneté, la fiscalité, les dépenses publiques, l’organisation de l’État… La volonté de l’organisateur c’était que chacun puisse poser toutes les questions qu’il souhaitait mais toujours dans la bonne conduite, dans le respect de tous.


« Les médias se plantent »

Les participants selon l’organisateur ont vraiment débattu. Ce qui lui a plût c’est la disparité des personnes présentes. « Il y avait des personnes qui étaient de l’enseignement, des ouvriers… il y avait de tout ». Tout s’est réalisé dans le respect. Il en ressort avec « le sentiment qu’après cette réunion, c’est que l’État doit prendre ses responsabilités ».

Jean-Claude Détrès rebondit sur son sentiment sur ce mouvement social vu par les médias. « Ils mettent la poudre sur le feu ». Même s’il n’a pas porté le gilet jaune, il « adhère à leurs revendications ». Il a pu constater l’évolution et voit le fait que la mobilisation est moins dense qu’à la fin 2018.

« Là où on est en train de mettre le feu c’est que les médias disent que le mouvement s’est essoufflé, affirme l’homme. C’est totalement faux. Là ils se plantent complètement ». Son analyse personnelle, c’est qu’après cette action du grand débat, s’il n’y a pas de solution pour aider les personnes en difficulté, « je crois que cela va rebondir de plus belle ».


Les personnes sont arrivées peu à peu pour débattre (Crédit : Jean Aufrère)

Quelques points développés

Dans le débat qui s’est déroulé le jeudi 7 mars, les personnes ont évoqué une augmentation de 10% des retraites. L’organisateur leur a fait comprendre « il faut apporter des solutions. Où va-t-on prendre l’argent ? ». Les personnes lui rétorquent que les élus sont payés pour trouver ces solutions. « Quelque part ils n’ont pas tort ».

La justice a été un thème évoqué, plus précisément le bien-être des personnes incarcérées. « Ce qui ressenti dans cette question, explique Jean-Claude Détrès, c’est le fait que l’on mélange tout le monde ». L’idée des participants c’est qu’il n’est pas normal que certains condamnés se retrouvent avec des personnes plus dangereuses

La question de la citoyenneté a été mise à jour en évoquant les jeunes. L’écologie a été aussi un point fort. Les participants ont évoqué la possibilité de réduire les déchets déjà individuellement « par contre ils ne veulent pas de sanctions. J’ai entendu, rappelle-t-il, il faut responsabiliser les personnes ». Comment faire sans sanctions ?


Et après ?

Le débat fini, le travail pour Jean-Claude Détrès lui n’est pas fini. Il est maintenant au stade de la réalisation d’une synthèse « qui va refléter ce que nous avons vraiment entendu ». Il souhaite vraiment faire ressortir tout ce qui s’est dit afin de le transmettre sur le site http://granddebat.fr.

L’organisateur va aussi voir avec Jean Aufrère, le maire de la commune d’Écueillé s’il ne serait pas possible de mettre le document fini sur le site de la mairie. Il va aussi essayer de trouver le moyen de le faire parvenir aux personnes venues qui n’auraient pas internet. « Quand cette synthèse sera sortie, nous verrons ce qui va en découler ».

En plus de suivre le calendrier, l’organisateur sera peut-être amener à mettre en place d’autres réunions de ce type, à la demande des participants. Ceux-ci ont suggérés d’avoir des réunions locales et notamment des rencontres régulières avec le député de la circonscription pour qu’il puisse parler des démarches qu’il a mises en place.

98 vues

© 2018 par Boischaud-Nord mag. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now