Une grande dame à Valençay


Princesse de Pologne, Marie-Thérèse Tyskiewicz termine sa vie en France (DR)

Rien n’aurait prédit à Marie-Thérèse Tyskiewicz, issue de la famille Poniatowska, de quitter sa Pologne natale pour le Berry. Marie-Thérèse, Joséphine, Antoinette, princesse Poniatowska est née le 29 novembre 1760. Elle appartient à une grande lignée. Son père André Poniatowska a épousé Thérèse Hérulie, comtesse Kinsky. Il est le deuxième fils du dernier roi de Pologne.

Marie-Thérèse Tyskiewicz est la filleule de l’impératrice d’Autriche et elle épouse en 1779 le richissime Vincent Tyskiewicz. Il est le grand référendaire du grand duché de Lituanie. Elle a une particularité physique qui la défigure. Elle porte un œil de verre. Une autre caractéristique de la comtesse c’est qu’elle a des exigences qui dépassent toutes mesures et se voit sans cesse criblée de dettes.



Le prince de Talleyrand voyage en Pologne et créer une amitié forte (DR)

La rencontre avec Talleyrand

En 1807, Charles Maurice de Talleyrand-Périgord, sur l’ordre de Napoléon séjourne à Varsovie. Il fréquente bien vite le palais de Varsovie, en devient un habitué et un ami des Tyskiewicz. Le prince découvre chez la comtesse un sens politique profond ainsi que des aptitudes exceptionnelles à la diplomatie. Quant à elle, elle se laisse subjuguée par le charme qu’émane Talleyrand.

La comtesse est un agent de renseignements précieux pour le prince qui part de Varsovie en mai 1807. Durand trois ans, elle renseigne Talleyrand avec dévouement sur la marche des évènements en Pologne. En 1810, elle s’installe à Paris où elle fréquente le somptueux hôtel Talleyrand. Deux ans après, la comtesse retourne dans son pays à cause de la malencontreuse campagne de Russie.


La comtesse et le château

Marie-Thérèse Tyskiewicz revient en France sous la Restauration. De 1816 à 1838, Talleyrand et sa nièce, la duchesse de Dino, remettent le château de Valençay en état et édifie l’Orangerie ainsi que les communs. La comtesse est une des invitées du château. À ses premiers pas dans celui-ci, elle est charmée et revient très régulièrement dans ce noble cadre qui l’enchante.

Le prince accueille Marie-Thérèse Tyskiewicz avec plaisir. La comtesse, fort libre avec Talleyrand s’amuse fort de ses mots d’esprit. Elle a d’ailleurs un appartement au premier étage de la tour de l’ouest. Après sa mort, Talleyrand et sa nièce Dorothée de Dino conservent intact cet appartement en souvenir de leur amie. « Jamais je n’y entre sans donner des regrets à celle qui dix-huit années l’a exclusivement habité », écrit la duchesse.



La duchesse de Dino grande amie de la princesse de Pologne (DR)

Un lien fort

La comtesse avait offert à Talleyrand un calice en or incrusté de lapis et enrichi de ciselures. Celui-ci est conservé à la chapelle de l’école fondée par Talleyrand, fut rendue en 1905 au duc de Valençay. Aujourd’hui, il se trouve au Louvre. Ce n’est pas le seul cadeau que Marie-Thérèse Tyskiewicz à Talleyrand. La comtesse aime être en présence du prince et sa nièce.

Âgée de 74 ans, la princesse Poniatowska, veuve de Vincent Tyskiewicz s’éteint le 2 novembre 1834 après avoir senti la fatigue d’une vie mouvementée qui lui a procuré tant de souffrances. Son décès a lieu lors d’un voyage à Tours. C’est à Dorothée de Dino que revient la tâche d’annoncer la mauvaise nouvelle à Talleyrand. « Il était plus saisi que moi, écrit-elle, moi plus affligée que lui, car j’aimais réellement la princesse ».


Josiane AUGIS

© 2018 par Boischaud-Nord mag. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now